dropshipping, solutions zéro-déchet

Introduction au dropshipping

« Je comprends complètement qu’on ne puisse pas mettre 30€ dans une culotte pour essayer »

C’est ce que j’ai répondu à une personne sur un groupe de culottes menstruelles. Mais…le dropshipping, vous connaissez ?

Le dropshipping est défini comme une pratique commerciale (totalement légale en France 😔) où le commerçant ne possède pas de stock et fait uniquement passerelle entre le client et le fournisseur.

Une belle dérive a découlé de cette pratique, puisque les produits que l’on trouve sur aliexpress (par ex.) proposés par des fournisseurs asiatiques à très bas prix sont repris sans vergogne par des personnes montant leurs entreprises de revente. Ces personnes-là peuvent faire du dropshipping pur et simple, ou bien passer un contrat avec le fournisseur pour que celui appose une étiquette avec la marque de l’entreprise.
Et vous vous retrouvez avec des culottes, « personnalisées » ou non, made in China, achetées 5€/pièce par le revendeur et revendues 39€ les 3. Une sacrée belle marge, vous ne trouvez pas ?

Comment reconnaitre ces pratiques douteuses ?!

Plusieurs éléments sont facilement identifiables, certains sautent aux yeux lorsqu’on arrive sur le site, d’autres sont un peu plus durs à trouver mais infaillibles.

⇒ Vous avez entendu parler de la marque par une influenceuse sur les réseaux ? Fuyez, ces personnes sont payées par les marques pour en faire la promo, elles ne sont pas du tout impartiales quand à la qualité et l’efficacité des produits qu’elles présentent !

⇒ une petite pub sponsorisée glissée dans votre fil d’actualité est, les 3/4 du temps, une publicité de marque de dropshipping… (A la fin de l’article je vous propose une opération #pascontent pour essayer de réduire à néant leurs efforts 😉 )

⇒ Des labels dont vous n’avez jamais entendu parlé, des recommandations de magazines société, « + de 10 000 clientes satisfaites » alors que l’entreprise a 3 mois d’ancienneté, des avis 5 étoiles qui défilent…

illustration dropshipping influenceur katamenia

⇒ Un site commerçant, qui ne propose qu’un seul article, c’est déjà un peu louche.
Des ventes flash, des promos qui se terminent « bientôt » ou encore une offre « jusqu’à ce soir », « jusqu’à dimanche » mais sans date précise, une livraison « gratuite » sont également des éléments propres aux dropshippeurs.


⇒ Si, lorsque vous arrivez sur un site, vous avez l’impression de l’avoir déjà vu, mais dans une autre couleur, c’est certainement qu’il propose les mêmes produits, et a utilisé le même template (voir même parfois les mêmes photos !)

illustration dropshipping promo intemporelle katamenia
A l’heure ou j’écris ces lignes, la lune approche de son dernier quartier… capture du site « léonore adore »

⇒ De manière générale, si tout vous pousse à acheter vite, vite, vite sur le site, prenez votre temps, allez vous faire un thé, cherchez un peu ailleurs voir si vous ne trouveriez pas les mêmes produits sur un autre site !

illustration dropshipping promos katamenia
Appréciez la force de vente : des promos alléchantes qui se terminent « bientôt« …mais quand exactement ?

Et comment les confirmer ?

L’une des premières astuces est de chercher les mentions légales du site. Je dis bien « chercher » parce qu’elles sont parfois bien cachées voir inexistantes !

Dans celles-ci, vous devriez trouver le n° de Siret de l’entreprise (le n° d’identification et d’enregistrement de l’entreprise auprès de l’État). Je dis bien « devriez » ici aussi parce que, parfois, il n’y est juste pas !

illustration dropshipping mentions légales katamenia
Chez « Blanche Barthélémy », on ne s’embarrasse pas avec les mentions légales, et on ment effrontément dans l’à propos…

Ensuite, ce n° de Siret, si vous l’avez trouvé, peut être copié sur le site societe.com. Un site officiel qui recense toutes les entreprises françaises et leurs activités. Selon son n° de Siret, l’entreprise se sera déclarée dans un champ d’activité précis. En général, les dropshippeurs font de la « vente à distance sur catalogue spécialisé« .

L’autre astuce est d’aller faire un tour sur les plateformes de vente type aliexpress ou wish, avec une recherche *culotte menstruelle*, vous allez retrouver une grande partie des culottes menstruelles revendues par les drophsippeurs, parfois juste le modèle (qui se discerne facilement avec sa bordure en dentelle, sa forme ou son tissu), parfois carrément la photo disponible sur le site d’origine…

illustration dropshipping comparatif katamenia

Maintenant qu’on a fait le tour de la question « Comment détecter le dropshipping ? », j’en reviens à la 1ere phrase de mon article :

« Je comprends complètement qu’on ne puisse pas mettre 30€ dans une culotte pour essayer »

Parce que oui, je comprends qu’on n’ai pas de budget aussi conséquent pour un sous-vêtement, quand on n’est pas sûr⋅e de son efficacité.
Je ne jette pas la pierre à ces personnes, loin de là, quelles que soient leurs motivations. Et il est vrai que les offres de 3 culottes pour 39€, quand d’autres marques n’en proposent qu’une seule pour le même prix, sont tentantes ! Mais vous trouveriez les mêmes sur aliexpress et compagnie, exactement les mêmes, à un prix largement inférieur !

Si vous souhaitez essayer des culottes menstruelles sans vous ruiner, je vous conseille vraiment de les acheter sur les plateformes comme aliexpress plutôt que par un de ces sites de dropshipping : vous économiserez vraiment de l’argent, et vous n’en donnerez pas à des personnes qui font payer cher leurs mensonges « services ».

Parce que trois culottes vendues en lot à 39€ sur un de ces sites n’en valent pas plus de 15€ sur le site d’origine, et probablement encore moins pour ceux qui ont passé des contracts avec les grossistes.

Et concernant la qualité, non ça ne sera pas local, français ou européen, mais ça ne sera pas forcément de mauvaise qualité. Les normes changent beaucoup et, les tissus certifiés prennent beaucoup plus de place dans les ateliers. Avoir un produit chinois n’est pas automatiquement un mauvais produit, et les culottes proposées peuvent être de bons produits efficaces. Tout dépend de ce que vous cherchez.

Pour conclure, ne vous fiez pas aux promos alléchantes, n’achetez pas sur un coup de tête, pensez à regarder sur aliexpress etc les modèles de culottes disponibles, vous verrez que vous aurez l’oeil ensuite pour les reconnaitre sous d’autres « marques » ! Économisez votre argent en achetant en conscience 😉 et ne culpabilisez pas de vos choix, on fait ceux que l’on peut en fonction de nos possibilités. Passer au lavable est déjà un beau chemin, et si ça vous plait, vous pourrez toujours investir plus tard dans des produits qui vous correspondent plus !

S’en suit une liste non exhaustive de marques de dropshipping, à ne pas prendre pour argent comptant, parce qu’elles sont très rapides à naître !

  • Adopte ma culotte
  • Amana
  • Ambrae’s secret
  • beaute-produit.com
  • Bella Lucie
  • Blanche Barthélémy
  • boutique.miss-ronde.fr
  • Clara de Rochecourt
  • culottemenstruelle.fr
  • cucu & lolotte
  • Diane Von Galen
  • Divine femina
  • Eau & Jardin
  • Fava
  • Flapper
  • flashventes.com
  • glereco
  • Idizio
  • Intimya
  • La maison du bambou
  • Ladays
  • lavitrinedenoel.com
  • Léonore adore
  • Les culottes de Léa
  • Lexisecret
  • Liixy
  • Little period
  • Looridash
  • Lumiecologie
  • Luniklo
  • Ma délicate culotte
  • Ma belle culotte
  • Mademoiselle culotte
  • Maison Suzanne
  • Menstruelles Gang
  • Minette au sec
  • Miss Period
  • Mondlee
  • Mool
  • Moodz
  • myculotte.com
  • Natura Femina
  • natureLLe store
  • Puralya
  • Pur and care
  • Rabbra Lingerie
  • Red’y underwear
  • Repeat (undies / underwear)
  • Rouxane
  • Red moove underwear
  • U.O Period Underwear
  • Valora Relieve
  • Womerderful
  • x-bar.fr

Tout ce que je vous explique ici est démontré avec les protections menstruelles, mais s’applique à tout type de produit ! Comme on peut trouver de tout sur aliexpress, on peut revendre de tout…

Pour aller plus loin et continuer à s’informer sur le sujet, la salade à tout a écrit un article sur les produits écolos en général. Bien lunées, mes menstruelles, grand déballage ou encore 60 millions de consommateurs vous apporteront des informations complémentaires sur ce fléau incontrôlable qu’est le dropshipping.

#pascontent

Et si vous voyez des pubs de drop’ sur vos réseaux sociaux, vous pouvez lancer le mouvement « pas content » avec moi ! Depuis quelques temps, dès que j’en vois une, je mets l’emoticone « fâché » dessus, en général je suis dans les premières à réagir, et je suis persuadée que les personnes qui paient pour mettre en ligne leurs pubs ne doivent pas etre très contentes d’avoir en 1eres réactions des petits bonhommes pas contents !

Et ça donne une piste aux personnes qui pourraient etre interessées et se faire avoir…

illustration dropshipping pascontent katamenia

J’espère que cet article aura été clair et instructif pour vous ! De mon côté, les pierres que j’apporte à ce combat sont les produits que je vous propose avec Katamenia, et je vous assure qu’ils sont fabriqués en France par mes petites mains !

bisous et coeur sur vous

Vous pourriez également aimer...

5 commentaires

  1. Pour faire avancer son business, détruire celui des autres sans savoir. En voilà de bonnes pratiques!

    1. Cyrielle a dit :

      Bonjour Caro,
      parles-tu des entreprises citées dans mon article, ou de ma démarche ?

      1. Bonjour Cyrielle,
        J’ai regardé vos produits, je ne comprends pas votre démarche de sabotage d’autres marques. Vous n’avez pas l’air totalement éclairée et avez l’air de faire des généralités de vos suppositions. Vos produits ont l’air bien, je pense que vous pourriez très bien réussir sans devoir vous comporter de la sorte, quel dommage!

        1. Cyrielle a dit :

          Il y a d’une part un ras-le-bol de voir certaines entreprises sans scrupule vendre des produits avec des marges indécentes et des discours mensongers, et d’autre part l’envie d’informer les gens que tout ce qu’on lit n’est pas vérité. Ça ne vous dérange pas d’acheter un produit, pensant faire une bonne affaire, alors que l’entreprise qui vous le vend l’a acheté 1/10è du prix que vous avez mis ? De recevoir un produit qui ne correspond pas à ce qui était vendu (origine de fabrication, matériaux utilisés, « labels »)…Toutes ces entreprises qui surfent sur la vague du greenwashing et du zéro déchet dans le but premier de faire du profit me fatiguent.
          Si vous voulez m’éclairer sur les sujets qui me font défaut, n’hésitez pas. Ma démarche n’est pas de détruire le business des autres, mais plutôt d’informer les gens.

  2. Bonjour, Moodz et Fava sont des marques correctes, respectables, et n’ont pas leur place dans votre liste? Pour les autres, leur manière de faire est dégueulasse, d’autant plus que certain.e.s droppeurs.euses mentent et n’hésitent pas à s’approprier complètement la fabrication des produits qu’ils revendent.
    Le dropshipping (ça revient à faire office de vitrine en fait) n’est pas un mal en soit, moi j’en ai fais pendant quelques mois parce que j’avais envie de permettre à une artisane étrangère d’exporter ses bijoux artisanaux en faisant la communication et les transactions à sa place. Maintenant elle se débrouille directement avec les client.e.s, moi je fais autre chose et c’est super. Le problème c’est surtout la manière dont c’est fait, tout les mensonges et le flou autour, et ça c’est vraiment pas cool du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.